Visiteur non identifié. Spherick
« Le plus grand mal est déjà fait quand on a des pauvres à défendre et des riches à contenir »Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’économie politique, 1755, Encyclopédie
Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sep
Oct
Nov
Déc
Accueil > Blog Eric > Psychomagie > Aller vers soi > Le pouvoir de la Parole

Public  Le pouvoir de la Parole

On ne peut pas changer le passé
mais on peut en guérir

vendredi 11 avril 2008, lu 785 fois

- Comment cela s’est-il terminé ? demanda le Porte-Parole.
- Cela s’est terminé quand les piggies ont tué Libo. Cela montre à quel point maman le haïssait. Elle a fêté sa mort en pardonnant à son fils. Ce soir-là, quand Miro est rentré, il était tard, et le dîner était terminé. Une nuit horrible : tout le monde avait terriblement peur, les piggies semblaient absolument exécrables et tout le monde aimait tellement Libo - sauf maman, bien sûr. Maman a attendu Miro. Il est rentré puis il est allé s’asseoir à la table de la cuisine, et maman a posé une assiette devant lui, de la nourriture dans l’assiette. Elle n’a pas dit un mot. Et il a mangé. Pas un mot. Comme si l’année écoulée n’avait pas existé. Je me suis réveillée au milieu de la nuit parce que j’entendais Miro vomir et pleurer dans les toilettes. Je crois que les autres n’ont rien entendu et je ne suis pas allée le voir parce que je pensais qu’il ne voulait pas ce cela se sache. Aujourd’hui, je crois que j’aurais dû aller le voir, mais j’avais peur. Il se passait des choses tellement horribles, dans la famille.

Le Porte-Parole hocha la tête.

- J’aurais dû aller le voir, répéta Ela.
- Oui, acquiesça le Porte-Parole. Vous auriez dû.

Une chose étrange se produisait. Le Porte-Parole admettait qu’elle avait commis une erreur, ce nuit-là, et elle comprenait en entendant ses paroles que c’était vrai, que son jugement était correct. Et, en même temps, elle se sentait étrangement apaisée, comme si le simple fait de parler de cette erreur supprimait un peu de la douleur qu’elle engendrait. Pour la première fois, elle eut une vague idée de la nature du pouvoir de la Parole. Il n’était pas lié à la confession, à la pénitence et à l’absolution que proposaient les prêtres. C’était radicalement différent. Raconter ce qu’elle avait été [...]

Orson Scott Card
La voix des morts
Le cycle d’Ender - 2
Ed. J’ai Lu, p 251-252


Admettre que ce qui a été a été...
Accepter puis se régénérer

Vous pouvez noter cet article, lu 785 fois
0 vote


Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.