Visiteur non identifié. Spherick
« Mais pourquoi ceux qui vous disent de regarder vers le soleil regardent-ils un lampadaire ??? »Moi !
Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sep
Oct
Nov
Déc
Accueil > Blog Eric > Hobbies > Lire, voir, entendre > Armistead Maupin - Michael Tolliver est vivant

Public  Armistead Maupin - Michael Tolliver est vivant

Tome 7 des Chroniques de San Francisco

samedi 31 mai 2008, lu 686 fois

Il y a 20 ans, A. Maupin sortait une suite de 6 livres, les Chroniques, qui décrivaient la vie homo et trans de San Francisco, la liberté nouvellement acquise, puis l’arrivée du Sida.

Je l’avais lu comme un bouquin un peu extra-terrestre, car, empêtré dans mes mécanismes de défense et de protection, moi qui aurait l’âge de vivre un peu cette période de liberté, je n’en avais pas gouté ne serait-ce que l’ombre fuyante.

Je l’avais déjà regretté à l’époque, et la lecture de cette série avait réveillé quelques regrets. Mais comme si on me parlait d’une autre planète où des êtres totalement différents semblaient trouver un bonheur inimaginable en se bourrant de bière, de sexe, de joints et de discussion militanto-déjantées.

Je me souviens pas trop de ce que j’avais ressenti à l’annonce qu’un des personnages principaux était séropo. Dans le livre, il semble que Maupin avait, avec cette annonce, exprimé la fin d’une époque, la fin d’une liberté, la fin d’une légèreté intérieure. L’arrivée de la maladie et de la mort dans le temple du "profitons de nos corps". Je me souviens d’une impression de terreur à la lecture de quelques passages durs sur la maladie, et bizarrement, je pense que c’était plus difficile de le lire que de le voir en direct à Aides... En direct, on pouvait se centrer sur l’urgence, les besoins de la personne : manger, bouger, remplir un papier, trouver 50F, cacher la tache violette d’un Kaposi. Je savais occulter ce que je voyais pour ne connecter que ce qu’il fallait faire, me protéger en somme... En lisant, j’étais soumis à ce que l’auteur me montrait, et ils nous montraient souvent l’enfer, la souffrance et la douleur. Projeter cet enfer sur les gens que j’accompagnais, sur soi, c’était m’immerger dedans : pas d’occultation de la lecture, au contraire, la lecture a toujours été l’univers dans lequel je me réfugiais pour échapper au monde, et là la lecture devenait un révélateur et non une protection. Bref, je me souviens avoir lu rapidement, survolé, effleuré, certains passages.

Dans ce dernier tome, nous sommes 20 ans plus tard. "Le" séropo, Michael, a finalement survécu. Dans ma vraie vie, je n’ai pas vieilli de 20 ans depuis le tome 6, mais de 10. Michael a "une cinquantaine" d’années, et moi 43.

Et pourtant, et pourtant...

Je n’ai lu que quelques pages. 30 précisément. Maupin pose ses personnages. Maupin nous invite à un rapide survol de l’univers intérieur de Michael, un Michael qui a vécu seul pendant quelques années, s’habituant à devenir lui, un Michael qui a survécu et semble encore surpris, un Michael qui se demande comment son gros ventre mou et le grisé éclairci de sa chevelure pourraient encore plaire, un Michael qui a besoin de Viagra quand il attend un garçon, ou qui se méfie des diarrhées inattendues et qui surviennent dans les pires moments...

Je suis surpris à le lire.

Surpris de voir qu’il était extraterrestre dans sa jeunesse à mes yeux, surpris de voir comment certains éléments sont devenus familiers, et comment pourtant une certaine étrangeté perdure. J’ai bien aussi l’impression que séduire est plus difficile, que l’image de soi qui s’éloigne inexorablement des standards nous fragilise. Que c’est plus difficile d’être insouciant et léger. Mais... mais j’ai le sentiment que c’est plus facile d’être serein, d’être vrai... mais il ne sait pas trop se servir d’Internet, et moi je l’utilise tous les jours. Il ose aborder un garçon dans la rue, moi pas ! (oui, Marc, pas encore ). Il a des amis depuis 25 ans qu’il voit encore, moi... (presque) pas.

Le Tome 7 serait-il un tome sur "se regarder dans ce qu’on devient", ou Maupin va-t-il trouver autre chose à dire ?

La suite bientôt...

Vous pouvez noter cet article, lu 686 fois
0 vote


Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.