Visiteur non identifié. Spherick
« Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide »faux A. Einstein, mais joli
Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sep
Oct
Nov
Déc
Accueil > Blog Eric > Psychomagie > La douance > L’adulte surdoué > Et les conjoints ?

Public  Et les conjoints ?

Témoignage d’Isabelle

vendredi 12 février 2010, lu 1774 fois

Bonjour,

J’ai découvert votre site par hasard et j’y reviens souvent.

Je suis très touchée par tous les témoignages de surdoués que j’y ai lus. Et je suis impressionnée par la force qui émane de chacun. Je trouve admirable de pouvoir se remettre en question et d’accepter de chambouler parfois toute une vie.

Il n’y manque qu’une seule chose à mes yeux : des témoignages de vos compagnons de vie. Alors, je me dis que je peux peut-être apporter quelque chose en vous racontant mon vécu.

Je ne suis pas du tout surdouée, mais j’ai un passé psychologique assez "difficile". Mes parents se sont séparés quand j’avais 10 ans (j’en ai 43) et à l’époque, c’était une maladie honteuse dont on ne parlait pas. Il m’a fallu 20 ans pour passer le cap du "s’ils se sont séparés, c’est qu’ils ne m’aiment pas et donc que je suis quelqu’un qu’on ne peut pas aimer". Heureusement, tout cela est derrière moi grâce à deux psy. J’ai l’impression qu’ils m’ont réellement ressuscitée.

Mais tout cela n’est pas le propos de mon témoignage du jour. C’est juste pour me présenter un peu.

En 2006, j’étais divorcée et bien décidée à croquer la vie à pleine dents sans me lamenter en permanence sur mon sort (j’ai 2 enfants) quand j’ai rencontré l’Homme. Il m’avait repérée sur un site de rencontre sur lequel j’étais inscrite et grâce auquel je suis beaucoup sortie. Il s’est inscrit uniquement pour pouvoir entrer en contact avec moi. J’ai, depuis, la certitude que c’est vrai. Dès la première rencontre, je me suis dit « je suis bien avec ce type ». Dans mon chef, ça n’a pas été un coup de foudre. Et ce n’est qu’après 2 mois, plusieurs rencontres et beaucoup de mails, que je me suis découverte amoureuse. Il a un Fils de l’âge de mon cadet (9 ans).

Pendant un an, ça a été un rêve permanent. Nous habitions chacun chez soi et on se voyait chaque week-end et au moins une fois pendant la semaine. Quand on ne se voyait pas, on passait chaque jour une heure au téléphone à se raconter les menus évènements de la journée. Nous n’avions tous deux qu’une seule hâte, c’est de vivre ensemble.
Jamais je n’aurais imaginer les difficultés qui nous attendaient.

J’ai déménagé le 1er juillet et... le 9 juillet, la première dispute éclatait. « Dispute » est peut-être un grand mot. En réalité, après quelques petits jours, j’ai vu qu’il se métamorphosait. Il se renfermait dans sa coquille. Ne me disait que quelques mots extirpés avec difficulté. Il avait l’air particulièrement peu enthousiaste pour chaque projet dont je parlais. Le 9 juillet, j’ai tenu à mettre les choses au point et je lui ai rappelé que c’est moi qui ai quitté ma maison pour venir habiter chez lui. Que c’est moi qui devait passer une heure dans les bouchons pour aller travailler. Que ce sont mes enfants qui ont changé d’école. Etc.

Ça n’a pas apporté de solution. Alors, comme je voulait comprendre, j’ai commencé à lire sur Internet tout ce que je pouvais trouver, et tous azimuts. J’ai lu des articles sur les manipulateurs, sur les passifs agressifs, la dépression, les orphelins, bref, tout ce qui tombait sous les yeux. Par contre, je n’ai pas osé lire des livres à la maison : il se sentait immédiatement agressé et se fâchait (« toi et ta psychologie de café ! ») Et malgré toutes ces lectures, j’avais le sentiment de « passer à côté de lui ».

À défaut de trouver une explication et de comprendre ce que je vivais, je me suis adressée à une psy. Qui, après 2 ou 3 séances, me répétait inlassablement qu’elle ne pouvait rien pour moi. Que je suis une femme tout à fait équilibrée. Pas sans problème (qui pourrait s’en vanter ?), mais plutôt bien dans sa tête. Et, lorsque l’Homme m’a jeté à la figure que je ferais bien d’aller voir un psy au lieu de jouer à la psy, je lui ai suggéré de m’accompagner (pour qu’il entende de ses propres oreilles que le problème ne venait pas de moi). Ce qu’il a accepté, non sans insister sur le fait que ça lui prend du temps, qu’il fait un gros effort et qu’il n’a rien à dire. Et effectivement, il n’a rien dit et a répondu par monosyllabe à toutes les questions. Ce qui n’a pas empêché la psy de me dire qu’il est terriblement amoureux de moi. Heureusement : j’en étais arrivée à croire le contraire.

Parallèlement à cela, très vite, j’ai pu constater que le Fils était surdoué. Sans en être certaine. Dès que l’occasion s’est présentée, j’ai insisté pour que l’Homme assiste à une conférence sur les surdoués. Ce qu’il a fait. Et un jour, nouvelle institutrice aidant, le Fils a eu un léger problème à l’école et ils ont décidé de contacter le psy qui avait fait la conférence pour que le Fils passe les tests adéquats.

Et le verdict que je prévoyais et qu’ils redoutaient est tombé : QI 150 et surdoué. Quand ils ont eu les résultats, il m’a parlé du test de Weschler mais a totalement zappé les autres tests (si j’ai bien retenu tout ce que j’ai lu, les deux batteries de test sont nécessaires pour déterminer qu’il est surdoué ou pas).
J’ai deux cousins germains qui ont des QI de 149 (pas surdoué) et 145 (surdoué) [1] : je sais par où leurs parents sont passés. J’avoue m’être dit que je ne me sentais pas assez forte pour faire face à toutes les difficultés à venir.

Mais j’ai été très choquée par la réaction de l’Homme : il a refusé d’en parler à qui que ce soit (école et famille inclus). Et il n’acceptera en aucun cas que l’on traite son Fils de génie. Ça avait le mérite d’être clair. Il m’a exhortée à lire le livre de JSF. J’avoue avoir refusé en lui disant que, de toute façon, si je remarque quoi que ce soit, il le prend mal et c’est le départ d’une dispute. Nous n’avons plus jamais abordé ce sujet.

Jusqu’aux jours où deux personnes sans contact l’une avec l’autre m’ont dit qu’elles pensaient le Fils autiste. J’ai été ulcérée, mais n’ai rien pu répondre : je n’avais aucun argument tangible à leur opposer. Alors, j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et j’ai contacté le psy qui lui avait fait faire les tests. Et j’ai enfin compris pourquoi le Fils parait autiste.

Et j’ai lu les deux livres de JSF : tout ce que j’avais observé au cours des deux années de vie commune, c’était écrit dans ces deux livres.

Et j’ai enfin compris les comportements de l’Homme. Sans qu’il n’ai passé le moindre test, je sais qu’il est aussi surdoué. Je sais qu’il a toujours été un peu à l’écart des autres, qu’il a un système de pensée trop différent pour être intégré « comme les autres ». Je sais, même si c’est dur à vivre, à quel point il est fragile. Je sais à quel point il a peur et je sais que ses peurs renforce l’armure qu’il a construite autour de lui. Je sais que le moindre petit geste d’affection à mon égard représente pour lui un immense effort et un gros risque. Je sais à quel point il tient à moi, même si parfois il dit le contraire.

Mais je sais aussi que malgré tous mes efforts pour le comprendre, je ne parviens pas à communiquer avec lui comme je voudrais. Je voudrais tellement qu’il accepte mon amour pour lui. Qu’il accepte que je l’aime comme il est, avec ses défauts et ses qualité et son système de pensée tellement différent du mien. C’est un peu puéril, je m’en rend compte, mais je rêve qu’un jour « quelque chose » se passe qui lui fasse ouvrir les yeux. Qui lui fasse comprendre les difficultés qu’il a vécues. Même si je sais que ça lui fera mal...

Voilà ! je vous remercie de m’avoir lue jusqu’au bout... même en diagonale...

Isabelle

Notes

[1Commentaire par Spherick : je ne suis pas du tout spécialiste de la question, mais j’avais retenu qu’en dessus de 132 de QI une personne EST surdouée. Je ne vois pas comment votre cousin avec 149 pourrait ne pas l’être... cf la page sur le QI et la page sur les tests du site du Gappesm pour les détails

Vous pouvez noter cet article, lu 1774 fois
1 vote


10 Messages

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.