Visiteur non identifié. Spherick
« Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide »faux A. Einstein, mais joli
Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sep
Oct
Nov
Déc
Accueil > Blog Eric > Psychomagie > L’homosexualité > Parent, père et parentalité !

Public  Parent, père et parentalité !

Le Président du tribunal pour enfants de Bobigny tient un blog sur le Le Monde. J’aime bien le lire. Je le trouve un peu conservateur et catastrophiste, mais il est éclairant quand même.
Le post que je lis ce matin traite des familles homoparentales. Il est intéressant à plus d’un titre, mais il m’a semble rédigé un peu à l’emporte-pièce. Caricatural sur les revendications des homos, dans la confusion entre parent et père, entre parent et amant, il m’a fait pas mal réagir. J’ai laissé le commentaire (...)

vendredi 4 novembre 2011, lu 122 fois

Le Président du tribunal pour enfants de Bobigny tient un blog sur le Le Monde. J’aime bien le lire. Je le trouve un peu conservateur et catastrophiste, mais il est éclairant quand même.

Le post que je lis ce matin traite des familles homoparentales. Il est intéressant à plus d’un titre, mais il m’a semble rédigé un peu à l’emporte-pièce. Caricatural sur les revendications des homos, dans la confusion entre parent et père, entre parent et amant, il m’a fait pas mal réagir. J’ai laissé le commentaire suivant...


Bonjour,

Vous écrivez "cette position ne satisfait pas les couples homosexuels pour qui l’homoparentalité va jusqu’à la reconnaissance de la filiation de de deux membres du couple sur l’enfant par-delà l’exercice des attributs de l’autorité parentale. L’enfant aurait deux pères ou deux mères".

Je crois que vous avez bien mal compris les revendications "des couples homosexuels". D’abord parce qu’il n’y a pas une revendication unique portée par tous les homosexuels fraternellement unis. Ensuite parce qu’après plus de 20 de militance gay, cette revendication telle que vous la décrivez n’a jamais été majoritaire.

Je n’ai jamais demandé personnellement à ce que mon compagnon soit considéré comme "le second père presque génétique" de mes enfants, ça n’aurait guère de sens et cela ne ferait que nier la réalité (la filiation au sens juridique m’importe peu). Par contre, je demande clairement à ce que mon compagnon soit considéré et ait tous les attributs d’un second PARENT. Non seulement en termes d’autorité parentale, mais aussi en termes de reconnaissance sociale et sociétale.

Quel est l’objectif ? C’est d’abord un objectif de protection et d’ordre symbolique. De protection, pour mes enfants et pour mon compagnon, pour qu’ils ne soient pas séparés, pour que personne n’imagine que mon compagnon est inapte auprès des enfants. Ni le médecin des urgences qui voudrait lui refuser l’accès car "il n’est pas de la famille" (oui, ça arrive), ni le conseil de ma famille qui refuserait de les lui "confier", ni la DDASS, ni un juge. Je ne crois pas qu’un enfant puisse comprendre qu’en perdant un parent, on lui arrache l’autre adulte de sa vie sous quelque prétexte que ce soit. Et ça s’est vu. Et il n’y a pas de garantie que cela ne se reproduise pas.

L’ordre symbolique affirme de son côté que cette personne a une place légitime, officielle, reconnue dans la vie de ces enfants. Dans ma conception, elle ne réduit pas la place des autres adultes, elle la complète. Si mes enfants ont aussi une mère, je n’ai pas envie qu’elle soit exclue au bénéfice de mon conjoint. Il est évident que cela peut poser des difficultés en cas de désaccord entre les différents parents. Plus qu’en cas de désaccord entre des parents divorcés ? Je ne crois pas.

Enfin, ce statut de parent supplémentaire, à mon sens, n’a pas grand chose à voir avec l’homosexualité. Ce qui me parait important, c’est la reconnaissance du statut d’un adulte qui a un rôle de parent auprès d’enfants, quelle que soit la forme que prend la famille, quel que soit le sexe des adultes en question.

Une dernière remarque : votre coup de griffe sur l’inceste est un coup bas, indigne de ce post. En apportant votre brique dans la confusion entre homosexualité et pédophilie, entre débat sur la place de parent et questions sur la sexualité, vous portez préjudice à ce débat. Le rôle d’un parent auprès d’un enfant, qu’il soit biologique ou social, n’a rien à voir avec l’inceste ou la pédophilie, dont la condamnation reste évidente quelle que soit la situation. Si la question est "que se passe-t-il si deux adultes non consanguins, reliés par un lien de parentalité acquise souhaitent avoir des relations sexuelles", nous ne sommes plus dans la question de la place du parent auprès d’un enfant. Et il aurait été pertinent de séparer les deux !

Cordialement,

Eric

Vous pouvez noter cet article, lu 122 fois
0 vote


Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.