Visiteur non identifié. Spherick
« On peut toujours être en accord avec les autres, il est plus difficile d’être en accord avec soi-même »M. Wing [Gremlins 2 !]
Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sep
Oct
Nov
Déc
Accueil > Blog Eric > Hobbies > Politique > Corticoïdes et chrome

Public  Corticoïdes et chrome

Merci la pharmacie...

mercredi 5 septembre 2012, lu 317 fois

Depuis quelques années, lorsque je prends des corticoïdes pour traiter une crise d’asthme, il m’arrive d’être affamé au bout de quelques jours. Plus la dose est importante, plus je crève de faim.

En 2008, avec un traitement extrêmement chargé (120 mg pendant plusieurs jours puis une décroissance sur plus d’un mois), j’étais mort de faim en permanence. Une sensation bizarre, irrésistible, insatiable de faim. Faim, c’est même plus le mot... Je sortais de table, d’un repas copieux, j’étais lourd, le ventre archi plein, et 30 mn après je recommençais à sentir la faim. En quelques instants, elle prenait des proportions délirantes, obsédantes, insupportables. J’ai lutté pendant 1 semaine pour rester à peu près à un régime normal. Mais c’était trop difficile, trop pénible. Impossible de penser à autre chose, de dormir. J’étais épuisé par la crise d’asthme et je ne pensais qu’à bouffer. J’ai craqué. Je me suis empiffré monumentalement. Tout y passait : viande, fromage, fruits, légumes, desserts, pain, confiture, légumineuses, pâtes, riz. Tout ce qu’il y avait dans les placards était bon à engouffrer. Mais rien ne suffisait jamais. Un paquet de riz englouti en 10 mn me calmait à peine pour 1 heure. Et le cauchemar recommençait.J’avais l’impression de chercher désespérément quelque chose dans la bouffe. J’ai tenté de me supplémenter un peu au hasard : magnésium, flore intestinale,... Ben rien n’a marché !

Évidemment, j’ai interpelé mon toubib. J’ai eu droit à trois réflexions l’une après l’autre :
1/ c’était quand même pas grand chose par rapport à la crise que j’avais traversée
2/ un peu de volonté que diable ! C’est facile de se retenir
3/ Vous êtes stressé en ce moment ? Vous devriez peut-être voir un psy ?

Une grande aide, quoi....

Bref, j’ai pris du poids (explosé la balance !). Puis j’ai arrêté la cortisone et peu à peu tout est revenu dans l’ordre. J’ai oublié l’affaire, enfin après avoir changé ma garde-robe...

J’ai eu de nouveau une très grosse crise au printemps. 140 mg de Solupred ne la calmaient pas. Les Urgences ont commencé par m’engueuler de prendre de telles doses, puis se sont foutus de ma tête, puis on tenté un traitement alternatif puis... m’ont donné la même dose.... avec de l’oxygène en plus...

Évidemment, au bout de quelques jours, je suis rentré chez moi et la Faim est revenue. Je l’ai reconnue. J’ai filé chez mon pharmacien, et il m’a dit un truc surprenant : "vous n’avez qu’à prendre des granions de Chrome". 1 ampoule mini, 4 maxi (2 le matin, 2 le soir). Euh... Ben, s’il le dit, hein, j’ai rien à perdre à part quelques euros. J’ai acheté les granions. J’ai avalé 4 ampoules. J’ai pas vu grand chose. J’ai recommencé le lendemain. Et j’ai constaté que miraculeusement la faim avait disparu... J’en ai conclu que mon toubib devait avoir raison, j’étais bon pour l’asile et fallait courir chez le psy. Bon, je me suis pas précipité....

Aujourd’hui, j’ai repensé à tout ça : envie de reperdre les kilos si gentiment offerts par la cortisone. Ma curiosité a pris le dessus. J’ai cherché sur internet le lien entre chrome et alimentation. J’ai découvert que le chrome joue un rôle dans le métabolisme des matières grasses et dans le fonctionnement de l’insuline. Mais plus intéressant, j’ai découvert que les corticoïdes peuvent réduire le taux de chrome dans l’organisme.......

Bien vu, Mr Pharmacien... (j’annule le rdv chez le psy !)

Vous pouvez noter cet article, lu 317 fois
0 vote


Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.