Visiteur non identifié. Spherick
« Je déteste le mot homophobie. Ce n’est pas une phobie : vous êtes juste des connards. »parodie de Morgan Freeman sur Twitter par MorgOn Freeman, 16/08/2012 (?)
Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sep
Oct
Nov
Déc
Accueil > Blog Eric > Psychomagie > Aller vers soi > Dependance Affective > La culpabilité

Import Public  La culpabilité

La culpabilité saine, c’est l’expérience que je vis quand je pose délibérément un geste qui est en désaccord avec mes valeurs.
La culpabilité-camouflage est un déguisement de mon refus d’assumer mes propres désirs, sentiments ou choix.

mardi 23 août 2005, lu 1236 fois

La culpabilité

Une émotion mixte

La culpabilité n’est pas une émotion en soi. C’est une expérience mixte qui comprend des sentiments, mais pas toujours ceux qu’elle laisse supposer. C’est pourquoi il est nécessaire d’examiner soigneusement son contenu si on veut s’informer précisément de ce que l’on vit.

Il y a la bonne culpabilité et la mauvaise culpabilité. C’est comme pour le cholestérol, l’une est saine, l’autre malsaine ! Vous trouverez ci-dessous la description de ces deux expériences émotives.

La culpabilité saine

Un exemple

Impulsivement, emportée par ma colère devant le fait que mon ami m’a fait faux bond, je lui lance une série d’insultes. Mon attaque vengeresse a porté fruit : il est atterré et profondément blessé. Je suis dans tous mes états, la culpabilité m’envahit.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est l’expérience que je vis quand je pose délibérément un geste qui est en désaccord avec mes valeurs. La culpabilité saine suppose toujours deux choses :
- que j’aie dérogé à mes valeurs et standards
- et que j’avais le choix de le faire.

Le fait que mon expression soit impulsive n’enlève pas le caractère libre de mon action. La colère ne m’a pas emportée. Je me suis laissée entraîner par ma colère.

À quoi ça sert ?

Ma culpabilité est un terme générique recouvrant un ensemble d’émotions. Je suis en colère contre moi d’avoir outrepassé mes principes. Je n’admets pas de blesser injustement et je viens de le faire. Je m’en veux aussi d’avoir cédé à l’impulsion. En outre, j’ai de la peine d’avoir fait mal à mon ami que j’aime. Je le regrette, car il ne mérite pas un tel traitement.

L’action que j’ai posée a créé un déséquilibre en moi. Ce déséquilibre consiste essentiellement en un désaccord avec moi. La culpabilité m’indique donc que j’ai été infidèle à moi-même dans une situation où j’avais le choix d’être fidèle à moi.

La culpabilité-camouflage

Une émotion mixte

Nous avons présenté la culpabilité saine. Nous présentons maintenant l’autre forme de culpabilité, celle qui est malsaine. La désigner par le terme "camouflage" donne immédiatement un aperçu de ce qu’elle a de malsain.

Un exemple

Ma soeur désire fortement nous accompagner, mon ami et moi, pour nos vacances annuelles. Elle vient de se séparer et je la sais fragile. J’aime beaucoup ma soeur et trouve difficile de refuser sa demande car elle sera très déçue. Par contre, je nous imposerais un gros sacrifice à mon ami et à moi en l’invitant à partager nos vacances. Je me trouve égoïste et je me sens coupable.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est un déguisement de mon refus d’assumer mes propres désirs, sentiments ou choix. Dans l’exemple, je sais ce que je veux mais je ne le porte pas.

Pourquoi la considère-t-on comme une émotion mixte ? Parce qu’elle contient plusieurs émotions dont certaines sont habilement masquées. Dans cette culpabilité on trouve généralement de la colère, de la peur et parfois de la peine. Colère contre le fait de devoir porter ce que je vis ; colère contre celui que je tiens responsable d’être dans la situation de prendre une position que je trouve difficile à prendre ; peur d’afficher mes priorités ; peur des conséquences de mon choix ; peur de montrer ma colère ; peine à l’idée de décevoir...

À quoi ça sert ?

1. À éviter d’assumer mes actes

La culpabilité diminue à mes yeux ma responsabilité dans le choix que je ferai. Mon action est moins grave car je la pose "à regret". Dans l’exemple ci-haut, j’ai moins l’impression d’être égoïste si je me sens coupable. J’obtiens donc grâce à mes yeux. Dans certains cas, sous prétexte de culpabilité, je n’agis tout simplement pas.

2. À neutraliser la réaction de l’autre

Si j’avoue que je pose un geste avec culpabilité, l’autre devrait m’en tenir moins rigueur. L’aveu de ma culpabilité est donc une manière de manipuler pour diminuer les conséquences de mon geste.

La culpabilité-camouflage a remplit souvent les deux fonctions à la fois : me donner bonne conscience et contrôler la réaction de l’autre. Elle est pernicieuse parce c’est un subterfuge pour éviter de s’assumer.

Vous pouvez noter cet article, lu 1236 fois
0 vote


Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.