Visiteur non identifié. Spherick
« Je suis pour le mariage gay. Je ne vois pas pourquoi on devrait épargner quelqu’un parce qu’il est homo ! »Michel Galabru, Pensées, répliques et anecdotes, 2006
Jan
Fév
Mar
Avr
Mai
Jui
Jui
Aou
Sep
Oct
Nov
Déc
Accueil > Blog Eric > Psychomagie > Aller vers soi > Dependance Affective > L’écoeurement

Import Public  L’écoeurement

L’écoeurement est l’expérience d’un trop plein en même temps que d’un manque.

mardi 23 août 2005, lu 1319 fois

L’écoeurement

Une émotion mixte

Des exemples

- Je suis complètement écoeurée de leurs stratagèmes. Je n’ai qu’une envie : démissionner.
- Je suis écoeuré à un point inimaginable. Il y a des mois que je me démène pour trouver un emploi et rien n’aboutit. Au contraire, on dirait que les obstacles se multiplient. Si je m’écoutais, je hurlerais !

Qu’est-ce que l’écoeurement ?

L’écoeurement est l’expérience d’un trop plein en même temps que d’un manque. Dans l’expérience d’écoeurement la colère domine, mais lorsqu’elle est vécue à fond, elle laisse place à la tristesse. Parfois le découragement cohabite avec ces émotions.

À quoi sert l’écoeurement ?

L’écoeurement survient quasi brusquement comme si nous venions de traverser un seuil où la tolérance n’est plus possible. Le message à décoder est d’abord celui-là : je suis incapable de continuer à vivre ce que je vis là.

L’écoeurement survient en effet à la suite d’un certain investissement d’énergie pour atteindre un objectif. Mais cet investissement apparaît maintenant inutile. C’est ce qui provoque la colère. Celle-ci est une réaction aux obstacles qui nous semblent désormais infranchissables. Soit parce que nous avons tout fait ce qu’il nous semblait possible de faire (le deuxième exemple est révélateur à ce sujet), soit parce qu’il nous semble maintenant que nous ne pouvons rien faire pour les vaincre (exemple 1). C’est l’impuissance.

Mais ce n’est pas tout. Pendant que nous faisions cet investissement personnel, nous étions en mode d’attente. En attente des résultats qui ne sont pas venus. Ce qui implique que nous avons puisé dans nos réserves. Habituellement l’écoeurement survient quand nous avons épuisé nos réserves. Le déficit affectif est alors devenu important. C’est ce qui explique la tristesse qui est révélatrice du manque. L’exemple 2 illustre bien cet aspect : malgré toute cette dépense d’énergie, je n’ai aucun succès, aucune satisfaction qui me nourrisse.

Lorsqu’il est présent, le découragement quant à lui traduit notre impression d’incapacité devant les obstacles. Dans cet état, il est à peu près impossible de nous mobiliser de nouveau pour atteindre l’objectif poursuivi.

Vous pouvez noter cet article, lu 1319 fois
0 vote


Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.